Lettre de démission de mon poste de coordonnateur général de MCQRFC

Full-length portrait of senior businessman walking through revolving door of office building

Messieurs et Mesdames du conseil d’administration,

Aujourd’hui, lors de la réunion #129 du conseil d’administration, je vous ai demandé de clarifier mes tâches et celles de mon collègue Marc Bellemare. Après avoir décrit le problème par des exemples concrets d’ingérences vécues du c.a dans les opérations quotidiennes de l’organisation et exposé la confusion causée par l’attribution de tâches dont les deux employés devaient répondre chacun de leur côté, nous avons discuté ensemble d’une solution que Pierre Therrien, Yvon Théroux et moi avions travaillée, et qui aurait contribué à solutionner cette problématique. Alors que les trois administrateurs qui en étaient à une deuxième année de mandat votaient en faveur de cette proposition, les administrateurs récemment élus s’abstenaient ou votaient contre cette définition de tâches et rejetaient l’organigramme pourtant standard pour un OBNL.

Il est évident que je n’ai pas la confiance de la majorité des membres du conseil d’administration. N’ayant pas de mandat clair et aucune autre solution proposée de votre part lors de ce conseil où je demandais pourtant clairement votre soutien, je considère que je n’ai plus la capacité de rencontrer les exigences et d’atteindre les objectifs que nous avions en tête au moment de mon embauche par le conseil précédent. De fait, il m’apparaît évident que ce nouveau conseil est en rupture de continuité avec le précédent et que je ne serais probablement pas le choix du conseil actuel.

Lors de la réunion #128 du conseil d’administration, le nouveau trésorier m’a informé que je devrais demander l’autorisation de dépenser des sommes (aussi minime que 20$), même celles qui auraient été préalablement approuvées par le conseil dans son budget. Cette décision infantilisante limitait ma capacité d’agir selon mon mandat. Même après avoir manifesté mon inconfort, je n’ai reçu aucun appel de sa part pour clarifier la situation. Après avoir discuté avec Yvon Théroux et Pierre Therrien, nous revenions devant vous aujourd’hui dans l’espoir que le conseil manifesterait un signe de confiance envers son coordonnateur et les membres chevronnés que sont ces deux hommes. Malheureusement, notre proposition a été rejetée et aucune autre proposition n’a été déposée. Le conseil a préféré l’inaction, sachant que je ne pourrais poursuivre en essuyant un deuxième revers en autant de rencontres, et ce, malgré le fait que j’aie clairement annoncé mon incapacité de poursuivre dans ces conditions. Je me plie donc à la volonté du conseil et je vous remets ma démission, effective dès le 30 septembre à minuit et une.

Je suis fier de l’année que j’ai passée chez MCQRFC. L’organisation est maintenant propriétaire et pleinement en contrôle de son principal outil de communication, le site web. Nous avons implanté une solution de paiements en ligne qui plaît aux membres et une solution de point de vente mobile qui permettra dorénavant d’accepter les cartes de débit et de crédit lors de nos ressourcements et autres rassemblements. Une campagne de publicité Facebook a permis d’attirer de nouveaux méditants à Québec. Le nombre d’abonnés à la page Facebook de MCQRFC a doublé depuis mon entrée en poste. Nous avons mis en place une infolettre automatisée qui compte plus de 500 adresses courriel. Nous avions commencé à élaborer un plan de communications et un plan stratégique. En un an, nous avons accompli beaucoup de choses et je suis sincèrement déçu de ne pouvoir continuer le virage entrepris par le précédent conseil.

Je compte accélérer la complétion de mes études en théologie en m’y consacrant à temps plein. Si je peux continuer à être utile à l’organisation à titre de pigiste, sachez qu’il me fera plaisir de le faire.

Fraternellement,

 

Mathieu Binette.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*