Recension du livre “Jésus de Nazareth vol 2” de Joseph Ratzinger

Jésis de Nazareth pdf

Jésus de Nazareth, de l’entrée à Jérusalem à la Résurrection, est la deuxième partie de la réflexion du grand théologien Joseph Ratzinger sur la personne de Jésus de Nazareth et sur le sens de sa vie, de sa mort et de sa résurrection pour les humains d’aujourd’hui. Bien qu’au moment de la publication de cette deuxième partie il avait pris le nom de Benoît XVI, après avoir été élu pape en 2005, il insiste pour dire que ce n’est pas en tant que pape qu’il le publie, mais bien en tant que professeur de théologie, et qu’à ce titre il peut être critiqué, sous condition de faire preuve de bienveillance à son sujet.

Encouragé par les bons mots que d’éminents compatriotes théologiens tels que les protestants Martin Hengel et Peter Stuhlmacher, ou le catholique Franz Mußner, avaient émis sur la première partie de son livre sur Jésus, l’auteur aborde son ouvrage avec une structure académique dans laquelle les thèmes évangéliques sont amenés avec chronologie facile à suivre : entrée à Jérusalem et purification du Temple, le discours eschatologique de Jésus, le lavement des pieds, la Prière sacerdotale, la dernière Cène, Gethsémani, le procès, le crucifiement, la mise en tombeau et la Résurrection. Ratzinger se réjouit de constater qu’il entre dans la lignée de ces théologiens modernes qui, bien que des différences théologiques confessionnelles soient manifestes, dégagent toutefois une unité quant à leur interprétation de la personne de Jésus Christ. Selon lui, il faut que l’exégèse d’aujourd’hui dépasse la méthode historico-critique, qui a donné tout ce qu’elle avait à donner dans les deux cents dernières années, pour revenir à son essence plus théologique (mais sans renoncer à son caractère historique) afin de déterrer les trésors encore insoupçonnés cachés au cœur de la Sainte Écriture.

Dans cet opus qui fera office de pilier dans le domaine de la christologie pendant de nombreuses années encore, le pape saxon livre les informations issues des découvertes archéologiques et exégétiques les plus pertinentes en ne manquant pas d’exposer les thèses théo-scientifiques les plus intéressantes ou les plus considérées, avant d’y aller de sa propre interprétation à partir principalement de la Bible, et plus rarement de la Tradition de l’Église. Il ne manque pas de défendre la foi catholique quand il le faut, mais n’hésite pas non plus à souligner les efforts de théologiens d’autres confessions qui le méritent. L’évêque émérite de Rome, qui renchérissait dans son exhortation apostolique Verbum Domini (parue en 2010) sur l’importance de l’herméneutique telle que proposée par le concile Vatican II dans sa constitution dogmatique Dei Verbum (no. 12), reprend ses principes pour lui-même en les utilisant pour offrir un portrait du Christ à la fois personnel et solidement ancré dans la foi catholique. Las de la méthode historico-critique qui se contente trop souvent de présenter le Jésus historique, « trop insignifiant dans son contenu pour avoir pu engager une grande efficacité historique » [1], Benoît XVI souhaite susciter chez le lecteur, « en communion avec les disciples de tous les temps », une rencontre avec le Christ réel, en lui donnant de comprendre la figure de Jésus, sa parole et son agir.

Le lecteur avide de controverses et d’originalités sur la personne de l’homme de Nazareth ferait évidemment mieux de chercher ailleurs que dans ce livre écrit par le souverain pontife. Mais tout chrétien qui cherche un regard nouveau sur le Sauveur sera satisfait de celui proposé par Benoît XVI ; il y trouvera une unité étonnante dans la personne-même du Christ, dans l’économie du salut et la Tradition de l’Église. En ce sens, la contribution christologique de Ratzinger, avec ce livre, est remarquable.

[1] BENOÎT XVI, Jésus de Nazareth, de l’entrée à Jérusalem à la Résurrection, Parole et Silence, Paris, 2012,  p. 11

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*