Production de contenu pour rejoindre les périphéries, rassemblement et formation des leaders et accompagnement des familles : voici à quoi je me sens appelé en 2021

Quel projet ai-je à proposer à l’Église du Québec?

À l’aube de mes quarante ans, ma vocation de père d’une famille de bientôt sept enfants me permet d’être en contact avec des enfants de tous âges et leurs parents. Je parle leur langage et je comprends leurs réalités. Pour moi, la meilleure façon de faire connaître et aimer Jésus est d’être dans le monde, avec le monde, et de me faire accepter comme l’un des leurs. Par une attitude bienveillante et libre, je peux témoigner, le moment venu, de ce que Jésus a fait pour moi et de ce qu’il peut faire pour eux. Je mise sur l’humilité et les mots simples pour exprimer ce que Jésus change dans notre réalité.

Ma formation

Mon parcours personnel de formation pourrait sembler éclaté pour un œil classique. J’ai pourtant acquis la conviction que le Seigneur a pris le temps de me former à plusieurs disciplines avant de m’appeler pour la mission d’évangélisation à laquelle je réponds aujourd’hui. Durant mon adolescence, j’ai été membre des cadets de l’aviation royale du Canada, où j’ai appris à servir dans une hiérarchie bien établie et à préparer des leçons sur divers sujets. J’ai ensuite étudié la conception sonore assistée par ordinateur au collège Musitechnic. À cette époque, j’ai travaillé sur des tournages cinématographiques et produit des disques et des spectacles. J’ai ensuite travaillé dans une entreprise de télécommunications, où j’ai développé davantage mon leadership en gravissant les échelons jusqu’à devenir gestionnaire. J’ai ensuite lancé une entreprise dont l’objectif était d’aider les organismes communautaires et organisations sportives à récolter des fonds par le biais d’un spectacle d’humour clé en main intitulé « Rire pour la cause ». J’ai développé, dans le cadre de ce lancement d’entreprise, mes habiletés à créer des sites web et j’ai appris les langages de programmation de base. Enfin, à l’âge de trente-cinq ans, je suis retourné aux études à temps plein, au bac. en théologie donné à l’Institut de Formation Théologique de Montréal. Je n’ai malheureusement pas pu le compléter, mais j’ai tout de même accumulé assez de crédits pour un certificat. J’aimerais le compléter éventuellement, et poursuivre l’aventure plus loin si Dieu le veut. Dernièrement, j’ai commencé une formation sur la programmation d’applications mobiles et une autre en création de vidéos.

Développer du contenu pour le web

Pour développer un contexte favorable au témoignage, je suis convaincu que l’Église doit s’investir davantage sur internet. De fait, Jésus lui-même utilisait la technique du bouche-à-oreille pour répandre la rumeur de l’avènement du Royaume de Dieu. Il s’agit aussi d’utiliser la même technique que Lui, en empruntant cette fois les chemins d’internet[1].

Je veux développer du contenu qui pourra être partagé sur internet et les médias sociaux. Ce contenu doit être esthétiquement agréable à regarder et utiliser le langage et les méthodes auxquels les jeunes sont habitués. Je désire en premier lieu m’adresser à ceux qui ne connaissent pas Jésus en parlant de la condition de l’humain déchu : détresse psychologique et solitude, éclatement de la famille, théorie du genre, etc. Il est plus facile ensuite de discuter de la proposition tout à fait unique du Christ pour faire face à ces problèmes actuels : mettre sa confiance en Dieu, et aimer toujours davantage les autres.

La beauté

On entend tellement parler, sur internet et dans les médias traditionnels, de ce qui est laid en notre Église, que je ressens une urgence capitale de créer du contenu à propos de ce qui est beau en son sein. Les chrétiens qui nous ont précédés nous ont laissé en héritage tant de beauté qui mérite d’être contemplée! Cette beauté nous rapproche de Dieu et fait monter en nous le désir de Le connaître. Il faut que cette beauté soit filmée et partagée avec le plus grand nombre!

La liturgie

J’accorde une grande importance, également, à la beauté dont on peut faire l’expérience par la sainte liturgie. Il n’y a rien de plus beau qu’une belle liturgie bien sentie et bien vécue en respect avec le missel romain! Une liturgie moderne, avec des spots de couleur (au lieu des chandelles de nos ancêtres), soutenue par une musique de guitares électriques, basses, batterie, etc. qui parle aux cœurs (au lieu de l’orgue de nos ancêtres [cf. Glorious]), permet tout à la fois de rétablir la grandeur des célébrations d’autrefois (encens, dentelle, etc.). Il s’agit d’encourager l’assemblée à y mettre du sien et à participer autant que possible à sa préparation.

Former des leaders

Tout ce projet pourrait n’être qu’un feu de paille si on ne prépare pas immédiatement l’avenir. Il faut que les plus jeunes prennent d’abord de la maturité dans leur propre vie chrétienne. Il est important que chaque baptisé saisisse toujours davantage la profondeur de son appel et la richesse de ses propres charismes. Je ne suis pas tout à fait adepte de programmes à inscriptions fixes et aux calendriers rigides. Je préfère les formations d’une fin de semaine ou deux, qui touchent plusieurs sujets, qui rejoignent la diversité des cœurs qui nous sont confiés. S’il me fallait n’en proposer qu’une, je suggérerais les sessions des Écoles d’Évangélisation Saint-André, qui permettent à la fois de croître dans la foi tout en développant la capacité de transmettre à son tour ce qui a été reçu. Il s’agit d’un outil pédagogique éprouvé – ou andragogique, pour reprendre l’expression à la mode –, qui porte beaucoup de fruits partout où elles ont été implantées et qui est encouragé par le Conseil Pontifical pour la Nouvelle Évangélisation.

Il m’apparaît en tout cas d’une importance capitale de sensibiliser les plus jeunes disciples de Jésus à leur mission de faire d’autres disciples (cf. Mt 28, 19). Il faut creuser toujours davantage le sens de la vie chrétienne. La création de contenus vidéos diffusés par YouTube est une manière de faire qui s’inscrit dans ce qui est maintenant convenu d’appeler la pastorale hybride.

Conclusion

Certains évêques ont fondé leur propre service de communications audiovisuelles (ECDQ.tv, Zépir.tv, etc). Il est de plus en plus évident que le fait d’avoir la capacité de produire son propre contenu sans devoir passer par des boîtes de production externes est un avantage financier considérable, tout en assurant une conformité avec la doctrine de l’Église universelle et la vision de l’évêque local. Je serais heureux de participer à la création de tels contenus. De plus, je me sentirais à l’aise de rassembler des jeunes leaders et contribuer à leur formation. Je serais ravi d’entrer en contact avec les jeunes familles et de cheminer dans la foi avec elles.

N’hésitez pas à entrer en contact avec moi si vous croyez que l’une ou l’autre de mes propositions seraient pertinentes à implanter dans votre communauté chrétienne!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Laissez-moi un commentaire!

Le contenu vous a plu ou non? Auriez-vous une autre question dont vous aimeriez traiter?

Laissez-moi un commentaire!

Partagez cet article à vos amis

Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin